vendredi, avril 13 2012

Résistance!

Méluche

samedi, décembre 4 2010

Wikileaks, pourquoi c'est important ? Quelques pistes de réflexion.

Prérequis : connaître les tenants et les aboutissants de l'affaire.

Ce soir on est après le "cablegate", les DDOS, la suppression du nom de domaine wikileaks.org, hier Amazon a arrêté, sous la pression, d'héberger le site, c'est OVH en France qui a repris tout ça, de façon uniquement professionnelle, et non partisane, avec le nom de domaine wikileaks.ch. Mais ce soir, un sombre petit ministre de notre république tente ce qu'il peut pour empêcher l'hébergement de wikileaks dans notre pays.

Je pense que c'est une guerre numérique qui est en train de débuter. Même si la cause n'est pas parfaite parce que wikileaks a beaucoup de défauts, il mérite d'être protégé juste parce que des états voudraient s'en débarrasser.

Non pas au nom de la liberté d'expression. La liberté d'expression, elle a bon dos. Surtout venant de WL, dont la figure de proue, Julian Assange, est un peu flou sur la question. Mais plutôt au nom de que c'est très louche cette histoire de pressions, de poursuites, d'attaques...

Wikileaks, ce n'est pas de la liberté d'expression, c'est juste un vecteur fort pour les lanceurs d'alertes, même si certaines sources ont été compromises. Maintenant qu'il y a eu wikileaks, il y a un précédent en tant que moyen de publication puissant pour lanceurs d'alertes, qui est efficace. Il ne faut pas que cette expérience finisse mal, sinon, les états pourront après faire ce qu'ils veulent.

Certains secrets récemment révélés sont intéressants à connaitre, mais "intéressant", ce n'est pas suffisant. Certains secrets d'état doivent sortir à un moment pour dénoncer des systèmes dangereux. Les petits scandales politiques, la couleur du slip de Poutine, on s'en fout. Mais par contre, les ordres pour tirer des civils en Irak, c'est crucial. Les malversations de quelques banques qui doivent sortir sur WL dans quelques semaine, c'est autrement plus important.

Des responsables de WL nous promettent des révélations importantes sur des groupes financiers, et ils prétendent que cela va obligatoirement changer des choses dans les rapports entre les finances et les états. Ça, oui, j'ai très envie de voir venir ça... Le vent soufflerait alors sur quelques systèmes financiers pourris. Pas tous, faut pas rêver... À mon avis c'est ce pourquoi WL est attaqué ces jours-ci, bien plus que pour les câbles qui n'ont aucune importance capitale. Ils ont juste embarrassants pour la plupart. Quoique l'Arabie Saoudite qui pousse à la guerre... oui, c'est fondamental.

Maintenant il va y avoir une chasse à grande échelle, le monde risque de se couper en deux (ou plus), le monde occidental surtout. Des lignes jaunes ont été coupées par des états et des organisations gouvernementales, des ministres, en réponse évidemment à celle franchie par WL !

Techniquement, les informations mise à disposition par Wikileaks sont accessibles de façon sûre par ip : 213.251.145.96 ou un numéro : 3590033760. Mais cela, jusqu'à ce que l'hébergement soit suspendu. Des initiatives coordonnées (http://etherpad.mozilla.org:9000/wi...) fleurissent, des initiatives éparpillées aussi pour cloner la partie publique, sauver, rediriger (miroirs dns, caches dns...) d'un côté (sans oublier le WL insurance). Et des attaques, des poursuites sous des prétextes fallacieux de l'autre...

Pourquoi c'est si important ? Parce qu'il en va de la liberté des consciences, contre des intérêts particuliers.

mercredi, juin 23 2010

Le football c'est politique !

Par manque de crédit, et suite à un lâchage progressif par l'opinion publique de son bien aimé président et de ceux qui l'accompagnent, les écrans de fumée perdent peu à peu de leur professionnalisme.

Le plus imposant des enfumages du moment est sans conteste celui de l'aventure lébleus (expression de Daniel Schneidermann indiquant l'emploi compulsif et gourmand d'une expression comme "les bleus", par les plus audimatés du quatrième pouvoir ; il y en a d'autres comme lémarchés ou lémédias).

C'est une pièce en trois actes, mais commençons par l'introduction.

Après la qualification manuelle de l'équipe de France pour le grand rendez-vous international du football, il en étaient qui se sont interrogés sur la légitimité de cette victoire et de ses conséquences. Mais peu finalement, parce que les enjeux financiers et politiques sont bien trop importants : marché de la Hi-Fi, agences de publicité, sponsors gigantesques ou encore ouverture des paris en ligne pour l'un, enfumages et engouement national pour l'autre. En effet, avec ce sport si populaire et dans un contexte délicat concernant l'opinion publique, la France au Mondial serait une occasion rêvée de faire passer en discrétion les réformes difficiles du droit pénal et des retraites. Nos bons ouvriers, les yeux fixés sur leur nouvel écran 3D acheté à crédit ne penseraient pas à protester, quant aux autres, ils finiraient par s'attacher à cette équipe de France qui, championne du monde puis vice-championne a su gagner le cœur des plus réticents par le passé. L'engouement aidant, les Français partiraient en vacances le cœur léger, dépensant sans compter, ce qui participerait à relancer l'économie nationale !

Acte 1 : les augures n'étant pas bonnes lors des matches amicaux, il fallut d'urgence trouver le cas échéant des roues de secours à nos écrans de fumée. La pravda est convoquée, entre crise des banques, Strauss-Kahn, marée noire, burqa et notation de la France, on nous tricota un joli paravent, qui n'a malheureusement pas suffit à dissimuler les tentatives d'escouades portées aux retraites et à l'enseignement. Les craintes se confirment lorsque commença le tournoi, et la déroute de nos footballeurs, pourtant aux petits soins de notre chère bonne ministre maternelle des sports et de la santé.

Acte 2 : défaite insupportable contre la verte et sémillante équipe du Mexique, bien plus motivée que nos schtroumphs. "Il faudrait un miracle" fut le mot du jour. Patatras, le beau parcours de l’équipe est remis en question, adieu les superbes projets de réforme et de relance économique par le rêve ! Pire la presse plus indépendante (Mediapart en l'occurence) était sur le point de soulever un terrible lièvre mettant à jour une nouvelle fois les magouilles de ministres, les gourmandises du pouvoir et le peu d'indépendance de la justice. C'est là que la pravda sportive va jouer un jeu capital, une idée de génie ! Ce match avait été tendu, c'était évident. On avait vu le grand schtroumph livide et décontenancé, Schtroumph grognon avait même été sorti en deuxième mi-temps, l'occasion rêvée coco, on va vendre du papier... Dans un match difficile il est normal que les tensions s'expriment. Si des injures, aussi courantes que cela ont fusé, c'est parfaitement normal. Que cela se soit su en dehors du cercle des personnes concernées aussi. Le journal donc a choisi de mettre le feu aux poudres, en faisant de ce non événement un scandale. Génial parce qu'il suffisait après de contempler les dominos s'écrouler. Génial parce que l'équipe de France redevenait rentable ! On allait assister à la saga de l'été. Et ils sont nombreux ceux qui avaient quelque chose à dire dans les télés, radios, journaux, sites internet... Il fallait les voir, lémédias se ruer sur chaque bout d'information, juges et parties : "propos scandaleux", "putch", "communiqué de presse ridicule"... Tout pour accentuer l'immaturité des footballeurs Français en prenant soin de mettre de côté les vrais raisons du scandale. "Communiqué ridicule" parce que justement il dénonçait le battage médiatique qui a provoqué l'expulsion d'un des leurs. Lémédias se sont unanimement lancés dans la mise en place d'un écartement systématique de tous ceux qui pouvaient les accuser. Quelques intervenants qui tentaient de soutenir les bleus se faisaient vite interrompre. On multipliait les "sondages" webs interrogeant l'opinion publique sur les "responsables de ce fiasco". Alors, la fédération, le sélectionneur ou les joueurs ? Noubliait-on pas que le battage médiatique est en réalité plus que responsable de ce fiasco ? Avec de gros chiffres à la clé, ce sont les joueurs qui sont désignés du doigt : indescence de l'immaturité gâtée de cet ordre régulier, isolé dans sa tour d’ivoire et "irrespectueux" du drapeau. Même certains journalistes que l'on pouvait croire encore indépendants finirent hélas par afficher leur belle solidarité avec lémédias.

Acte 3 : La défaite. Ce qui devait arriver. C'en était fini du beau rêve bleu. Le temps du musellement est alors arrivé : aux lendemains d'une brillante chronique drôle mais trop réaliste sur les agissements de nos ministres, Stéphane Guillon se fait retirer sa tribune, pour injures répétées, et son compère Didier Porte prend le même chemin par la même occasion, ne nous embarrassons pas des détails. De son côté Médiapart se voit attaqué par la milliardaire téléguidée Bettancourt, afin de mettre hors ligne les enregistrements compromettants pour l'état, voire de mettre la main sur les originaux. Et lébleus ? Aux dernières nouvelles, quelques uns veulent tout balancer. Mouais, encore du croustillant. Pour éviter les vagues, on convoque des joueurs à l'Elysée... On va bien trouver des rebondissements dans les prochains jours. Il faut absolument trouver une occupation à nos cerveaux trop disponibles. Et surtout faire oublier les affaires et ceux que l'on veut museler. S'il y avait un goulag en France, on saurait qui y mettre.

Cela va durer tout l'été. Et d'autres belles histoires vont nous être racontés pour nous tenir en haleine. Nos dirigeants perdent de leur adresse, mais restent encore très agressifs. On peut le dire, nous ne sommes pas dans une démocratie saine.

mardi, mars 23 2010

Quelques lectures, quelques pistes de réflexion...

sur l'avidité des uns, jusqu'à l'écœurement,

quels peuvent être les refuges, les résistances à l'insatiabilité des puissants, des banques ?

une théorie du complot qu'il faut connaître, ce qui ne veut pas dire qu'il faut y adhérer, mais prendre avec recul :

dimanche, mars 7 2010

Conky : surveiller sa neufbox (version NB4)

Si comme moi

  • vous êtes abonnés à sfr/neuf
  • vous subissez quotidiennement des déconnexions intempestives et que c'est plus pratique de jeter un œil dans le coin de l'écran plutôt que d'afficher à chaque fois la page de moniteur
  • vous utilisez l'excellent conky (sudo apt-get install conky)
  • vous possédez une neufbox de type NB4 (bleue ou blanche)

...je vous propose un petit script php à appeler depuis la config ~/.conkyrc de la façon suivante :

${font}${color ffffff}${execpi 1 ~/.conky/scripts/nb4s.php}

Voici le script :

#!/usr/bin/php
<?php
$url="http://192.168.1.1/stb/info";
$string=@implode('',@file($url));
$xml = @simplexml_load_string($string);
$dsl=$xml->dsl->status;
$ppp=$xml->ppp->status;
$ip=$xml->ppp->ipaddr;
$server=$xml->ppp->server;
$voip=$xml->voip->linestatus;
$hook=$xml->voip->hookstatus;
if( $dsl=="up") echo"\${color 00FF00}";else echo"\${color FF0000}";
if($ppp=="up") echo $ip;
if ($voip=="up") echo ($hook=="onhook"?" \${color 666666}tel. ":" \${color EEEEEE}tel. "); 

$url="http://192.168.1.1/wdg/leds";
$string=@implode('',@file($url));
$xml = @simplexml_load_string($string);
$wan=$xml->status->wan;
$traffic=$xml->status->traffic;
$tel=$xml->status->tel;
$tv=$xml->status->tv;
$wifi=$xml->status->wifi;
$alarm=$xml->status->alarm;
echo ($wan=="on"?"\${color 00FF00}W":"\${color FF0000}-").($traffic=="on"?"\${color 00FF00}N": ($traffic=="toggle"?"~":"\${color FF0000}-")).($tel=="on"?"\${color 00FF00}P":"\${color FF0000}-");
?>

Bien sûr, il faut avoir installé au préalable php-cli...

et le résultat :

nb4s

Cela affiche : l'ip, l'état du téléphone (décroché/raccroché), l'état des leds wan/traffic/phone.

Naturellement il est très simple de lui ajouter les autres infos disponibles dans les XML de la box.

mercredi, mars 3 2010

Il s'passe jamais rien ici !

Bon allez, neuf mois sans rien dire, c'est la mort, non ? Et même pas une justification, rien ?

Ah si : twitter m'a tuer... Oui parce que bon, les trouvailles, les réponses et les dialogues avec d'autres, les réflexions ou les humeurs, c'est bien plus facile avec le microblogging. Après avoir testé Jaiku, Twitter puis finalement identi.ca, en passant par google buzz, on en finit par oublier l'existence de moyens de communications moins courus, et où il faut parler plus longtemps... Rhoo le gros fainéant !

Mais il faut aussi avoir quelque chose à dire, et bon, le développement web, la politique, les logiciels libres, la vie quotidienne, il y a de si bons bloggueurs pour ça, prolixes, connaisseurs, avec de belles plumes et tout et tout...

Alors un revival d'itinéraire libre ? Mouais, si je veux !

...

...

Bon, le truc, c'est que je suis furieux. J'en ai ras le bol du bourrage de mou médiatique et politique, des miroirs aux alouettes du quotidien (po-polémiques sportives, tempêtes, crises...) qui nous aveuglent, quand on a un gouvernement à la hauteur de ses promesses (et de nos désespoirs) : sur tous les fronts, ce qui tenait bon se délite. Bouh c'est pas très positif tout ça.

Presse au pas, neutralité d'internet en danger, profits des labos sur les pseudo pandémies, falsifications des chiffres désespérants du chômage, incitations au travail uniquement pour les profits de quelques uns, mise au pas de la justice, impunité et renforcement déséquilibré de la police, déportation des réfugiés sans papiers (un second veldiv' est en cours de construction à Roissy, et on retire 80% du rôle de vigilance à la Cimade... hallucinant), fermeture de services hospitaliers (oui, pour l'argent et la rentabilité, normal, ce n'est que de la santé), stigmatisation des mineurs (c'est devenu limite un terme injurieux et en tous cas qui fait peur), grand débat ouvertement haineux et discriminatoire organisé par nos chères institutions, profits, exloitations, misères... n'en jetez plus.

Ça vaut peut-être le coup de jouer le revival. Au moins avant qu'on coupe internet, ça permet de se défouler... Ou alors vous me prévenez si on passe directement à l'insurrection tant attendue. Ah non, c'est vrai, on va d'abord faire des élections. Bon, ne les ratons pas, celles-là au moins...

jeudi, juin 11 2009

La fin d'Hadopi, mais...

Si je puis me permettre, les expressions de joie suite au rejet de 2 articles de la loi dite "HADOPI" par le Conseil Constitutionnel, me semblent précoces et imprudentes. Twitter et quelques fameux blogs relayent l'info, devenue incontournable (facebook, je sais pas, j'y vais pas), insistant sur le fait que c'est un échec pour Albanel et pour Sarkozy, mais aussi pour Lefebvre (google bombing en cours ?), Copé, Riester ou Türk.

Si victoire il y a, c'est indéniablement ceci :

  • la reconnaissance par les sages du Conseil Constitutionnel du fait que l'accès à Internet est un droit fondamental de chacun, par le biais de la liberté d'expression. Cela va changer énormément de choses.
  • le blocage de ce principe anti-démocratique qui consiste à mandater un organisme "indépendant" n'appartenant pas à la justice pour sanctionner des contrevenants.
  • la sauvegarde de la présomption d'innocence.

Oui tout cela était mis en danger par cette loi pas si mal ficelée que cela si l'on cherchait à creuser le lit du totalitarisme. Cet assaut-ci a échoué, prudence, il y en aura d'autres ! Sans compter que voilà une nouvelle raison pour Sarkozy de vouloir la tête du Conseil Constitutionnel...

Mais outre les articles "retoqués", il reste un bon morceau de texte sur lequel nous ne devons pas rester aveugle.

  • quid des mouchards payants sur les ordinateurs ?
  • quid des listes noires de sites, dont on sais désormais que dans d'autres pays comme l'Australie, elles ne servent pas seulement à censurer les sites pédophiles ?
  • quid des fichages d'internautes par des sociétés privées ?

Oui, on peut se réjouir de ce qui n'est pas passé, du retard impliqué dans les projets de Sarkozy. Mais restons vigilants !

lundi, mai 11 2009

Licencié pour des opinions privées sur dénonciation d'un employé du ministère

A propos de l'affaire Jérôme Bourreau, de quelle façon faut-il tourner la phrase pour que le plus de monde se rende compte de ce que cela représente vraiment ? la France est devenue un régime autoritaire. Non pas par l'absence de liberté, mais sur la disparition des libertés lorsqu'elles sont cruciales.

Ainsi, si j'exprime mon opinion, en tant que citoyen, auprès de quiconque, que ce soit une opinion privée ou publique, je risque désormais d'être dénoncé par autrui auprès de ceux qui peuvent exercer sur moi une pression. Si en plus, cela vient du pouvoir lui-même, ce pouvoir montre à tous son vrai visage : autoritarisme et terreur.

Je trouve que la formule suivante résume plutôt bien la situation : "Licencié pour des opinions privées sur dénonciation d'un employé du ministère".

jeudi, mai 7 2009

Hadopi : un artiste a tout compris

Francis Lalanne est bien plus que le JCVD à la française ou encore le premier supporter de l'équipe de France de football, il vient (encore une fois ?) d'en faire la preuve. C'est lui, l'artiste qui fait le buzz ces jours-ci en parlant avec mesure et intelligence de l'évolution de la culture impliquée par internet. C'était mardi 5 mai dans l'excellent émission "Ce soir (ou jamais) !" de Philippe Taddei. L'intégralité de l'émission est ici.


Francis Lalanne contre Hadopi

Source

Morceaux choisis :

Moi je suis pour le libre accès à la connaissance et à la culture et moi je vis de ma musique, et s'il fallait que j'en vive un peu moins bien mais que cela favorise l'accès plus large à l'information et à la connaissance de ce que je produits j'en serai heureux parce qu'on ne va pas commencer à mettre des barrières entre les gens et l'art au motif qu'on voudrait refaire sa piscine !

Qu'est ce que ça fait du bien d'entendre ça. Décidément, l'argumentaire des anti Hadopi est presque toujours comme une bouffée d'oxygène, tant à l'assemblée que sur les blogs et enfin dans des émissions de télévision !

Moi-même je suis producteur indépendant et j'ai appris à adapter mes coûts de production aux fluctuations du marché et effectivement, et quand le marché est moins florissant, je fais un petit peu attention, je dépense moins mais ça ne veut pas dire que ce que je crée est moins bien. (...) Aujourd'hui, imputer la crise du marché du disque à ce qu'on appelle le piratage, c'est une imposture. S'il y a une crise, ce n'est pas parce que les gens ont téléchargé de la musique, comme il est faux de dire que ceux qui téléchargent de la musique n'achètent pas des disques.

A l'attention des "pirates" :

Je préfère que quelqu'un "vole" ma musique (je n'estime pas qu'il l'a volé, mais comme on le dit), plutôt qu'il ne l'écoute pas.

Ce qui fait diablement penser à ce que disait une certaine Carla B il y a quelques années : « J’ai grand plaisir à être piratée car au fond quand on est piraté, c’est qu’on intéresse les gens ». (source)

Puis il parle de l'Hadopi : "Une autre sorte de pirate", avec un ton sévère et inquiet, précisant qu'il s'agira d'une administration couteuse à laquelle on va octroyer des pouvoirs judiciaires et policiers, "une dictature civile" en somme.

Et sont mot de la fin que l'on peut prendre pour la citation du jour, euh de ce quinquennat :

La peur du gendarme n'est pas le commencement de la sagesse, mais le commencement de la violence.

Dommage, je ne connais pas beaucoup l'artiste et son œuvre (je le considérais comme un doux dingue). De tête ne me revient qu'une seule chanson, et je regrette soudain mon inculture ! Mais je vais tacher d'y remédier ! C'est un producteur indépendant et sa démarche courageuse et intelligente mérite d'être encouragée.

mardi, mai 5 2009

Qui pirate qui ?

Y a-t-il un artiste populaire qui aura le courage de faire le buzz ? Et de dire que l'avenir de la culture et celui d'internet sont plus prioritaires que son contrat avec une maison de disque, mais qu'il en a assez de relayer de faux messages sous la pression de ceux qui depuis le début de sa carrière n'ont cessé de le "pirater" : ses employeurs.

Oui, parce que qui pirate qui ?

Les députés refont le match, grâce à des bidouillles de procédures du style "Ça compte pas, on n'était pas assez nombreux". Ah oui, ben alors pourquoi on ne revote pas tous les autres textes sur l'air de "la gauche n'a pas eu assez de voix les autres fois pour s'opposer vraiment"...

Nos gouvernants qui désirent ardemment que nous placions un mouchard sur nos machines, je me trompe ou c'est l'Etat qui vient pirater légalement chez les familles ? On devrait lui proposer une licence globale pour s'immiscer ainsi chez nous... Ah non, c'est pas l'état, c'est une "Autorité indépendante".

Tiens d'ailleurs celle-là, elle aura le droit de contourner pas mal de principes fondamentaux : la justice qui ne décide plus qui surveiller, qui interrompre, la constitution qui protège les citoyens, l'Europe qui refuse ce genre de procédés, le droit fondamental de l'accès à internet (ah oui, si on est coupé, on aura le droit de bousiller l'IP du voisin ?) L'Hadopi pourra donc pirater tout ça à la fois...

Et que dire de ces maisons de disques et des ces lobbys qui ne représentent que quelques intérêts commerciaux, et non les artistes, mais qui parviennent sur le dos des artistes à obtenir les voix de nos élus, contre les citoyens dans leur ensemble, pour leurs propres pesos, et ce, grâce à des formules toutes faites ("le piratage, c'est la mort des artistes") et des idées simplistes, beaucoup trop simplistes. Les artistes sont pris en otage par leurs maisons de disque. Dommage, je n'apprécierai plus de la même façon Arditi, Farruggia, ou encore (snif) Bernard Lavilliers et Arthur H. Non je ne suis pas pirate, mais je regrette que ces personnes que j'apprécie manquent autant d'intelligence.

Ah oui, j'ai dit "simplistes" concernant les idées que fait passer le bloc busin^Wculture, parce que les principes de la loi en question sont techniquement complètement à l'ouest... Si quelqu'un veut pirater, il y parviendra aussi après l'application d'Hadopi, sans se faire pincer. Comme souvent avec les mesures contraignantes (celle du médecin référent est un bon exemple), ce ne sont que les gens sans mauvaises intentions qui seront embarrassés, surveillés... Et ne me parlez pas de "pédagogie" (terme très dénigrant dans le contexte politique de droite), encore une fois, ceux qui voudront pirater, continueront...

Pour moi, ce Pascal Nègre, ces Sacem et autres "businessmen" ne font qu'agir comme des pirates, voire des parrains mafieux.

mardi, avril 28 2009

Pas de bol

Voilà, juste un mot pour dire que la poisse me poursuit, et que ça donne pas envie de blogguer pour l'instant. Mais sinon, la vie, ça va :)

jeudi, février 26 2009

Black-out sur le projet HADOPI

HADOPI - Le Net en France : black-out

lundi, février 9 2009

Ubiquity et blogmarks.net, le début d'une histoire...

Ubiquity, l'incontournable extension des mozilla labs, est un petit bijou pour affûter sa productivité, recherche, débogage, fonctionnement du navigateur, réseaux sociaux...

Blogmarks.net est l'ultime outils de bookmarking social à la française, bénéficiant d'une solide api basée sur atom et d'une excellente ergonomie.

Le destin ne pouvait que réunir ces deux top-models si prometteurs... Le destin ou bien un script. Le voici (le voilà) ! Il est encore en chantier. Je dois me replonger dans les superbes apis de l'une et de l'autre. Alors si vous souscrivez à ce script, n'oubliez pas de cocher la case de mise à jour automatique. La commande d'ajout est pour l'instant basée sur une des bookmarklets, en attendant une vrai commande !

samedi, janvier 31 2009

Muet, inerte, mais vit-il encore ?

Sorti de l'esprit trop chargé de son propriétaire, abandonné, comme inexistant, ce petit carnet se morfond dans la froide obscurité d'un recoin délaissé de l'éther cyberal. Ai-je seulement souvenir qu'il existe ? Cela vient juste de me revenir, en retrouvant, après de longs mois de black-out, une grande quantité de billets encore à lire dans un agrégateur grabataire et obèse. Les billets des amis tellement mieux inspirés, aujourd'hui, sont cause de culpabilité, alors qu'autrefois, ils étaient plutôt source d'émulation. Voilà je découvre par défaut le moteur de mon écriture. Bon. Donc je le reconnais, j'ai abandonné la lecture de tout un tas de choses pendant plusieurs mois.

Il faut dire qu'ici, ce n'est pas la crise, mon activité est surchargée. Il paraît même que j'en oublie de facturer mon travail... Et puis en dehors du travail, il y a le reste de la vie : les enfants, l'amour, la société... Vie réelle, bien trop accidentée ces temps-ci pour que j'ai envie de la partager. Alors en attendant que ça revienne, la vie numérique est mise, elle, entre parenthèses.

Veuille bien m'excuser ami lecteur qui seul passe par hasard ici-bas. Je laisse par moment quelques traces visibles par là (photos, petits messages ou liens sympas). Un jour, peut-être, se produira-t-il encore quelque chose par ici.

vendredi, août 1 2008

Mozilla Fennec en action sur Maemo

Mozilla Fennec est le futur navigateur de mozilla pour appareils mobiles. Il est le digne successeur de minimo/microB. Il est basé sur le moteur de rendu de Firefox 3 et tourne avec XULRunner.

Il est d'ores et déjà possible de le tester, soit avec un appareil mobile comme les tablettes internet Nokia N800/N810, soit directement avec XULRunner (mais dans ce cas, des plantages inattendus sont réellement à prévoir). On peut trouver des versions nocturnes sur le serveur de fichier de Mozilla, ou encore des versions de test chez les développeurs eux-mêmes.

Pour ma part, heureux possesseur d'un Nokia n800, j'ai l'occasion d'expérimenter les toutes dernières versions. La plus récente étant la version 0.6, qui possède la nouveauté importante de gérer les tabulations ! Le design s'améliore de version en version, et l'utilisation est vraiment agréable, même si le logiciel est un peu trop gourmand en ressources pour la machine. Le défaut le plus important que j'ai pu rencontrer, mais qui varie suivant la version de XULRunner que j'installe, est pour le n800, l'impossibilité d'utiliser le petit clavier virtuel pour entrer des adresses ou des recherches. Le problème ne se pose évidemment pas pour le n810. A noter qu'il y a toujours moyen d'entrer du texte par l'intermédiaire du clavier plein écran.

Voici une série de captures d'écran de Fennec 0.6 en action :

Mozilla Fennec 0.6 on N800, windowed Mozilla Fennec 0.6 on n800, fullscreen, editing address Mozilla Fennec 0.6 on n800, showing security Mozilla Fennec 0.6 on n800, fullscreen

Mozilla Fennec 0.6 on n800, toolbar Mozilla Fennec 0.6 on n800, tabs bar in action Mozilla Fennec 0.6 on n800, editing a bookmark Mozilla Fennec 0.6 on n800, bookmarks

L'album se trouve par ici.

samedi, juillet 5 2008

Coins arrondis, avec Firefox 3 c'est mieux

J'ai lu ici ou que c'est la loose de mettre des photos de chatons sur son carnet. Même si de fameux blogueur-euses font ainsi par les temps qui courent. Oui je l'avoue, mon inspiration est complêtement absente. Alors pour chasser vers le bas un billet honnit, voici une petite remarque vue nulle part ailleurs (mais je n'ai pas regardé partout).

Voici un bout de capture d'une même page sur laquelle des coins ont été arrondis avec -moz-border-radius :

Coins Arrondis sous Firefox 2 et 3

En haut, Firefox 2, En bas, Firefox 3. Quel progrès dans le lissage !

Encore une bonne raison de passer à Firefox 3 !

Sinon, lorsque l'on ne veut pas utiliser une propritété CSS encore en chantier, il y a ça.

mardi, juin 24 2008

Du beurre sous les pattes

Je ne suis plus seul au travail ! Une petite boule de poils "calico", de 7 semaines, ne répondant pas encore au doux nom de "Plume", joue et dort à côté de moi désormais.

Cro kawaï !

Lire la suite...

vendredi, juin 20 2008

Maintenant commence la nuit la plus courte

Solstice sunset on the Vogese

mardi, juin 3 2008

Cyclo-art

Lise, 4 ans et demie, sur son vélo : Bon ça suffit de faire des lignes, maintenant je vais dessiner des zigzags et je vais gribouiller !

jeudi, mai 29 2008

Liens en vrac

Après tout, un billet pas prise de tête. Je ne blogue pas, la faute à twitter, l'essentiel est compressé, et le reste, les autres l'ont déjà dit. Alors un peu de vrac pour garder le blog en vie...

- page 1 de 9